labels

 
 

Histoire et Patrimoine

Vallée d'histoire...

L’étymologie du nom de notre commune signifie un breuil, c'est-à-dire un enclos pour le pâturage des bestiaux.
Après Braïoletum (1275), Braïolo, Brolium, Brayola (12ème siècle), Brandolès (1242) et avant Broullet (1386), Brouillet (1491), Broillet (1574) et enfin Breuillet (1666), le nom de notre village était Brollet (1330) à l’époque de Louis XI.
Brollet comptait alors 93 « censitaires », paysans affranchis qui devaient payer au Seigneur un impôt annuel le « cens » pour prix de leur liberté. 
 


Signification du blason

L’étymologie du nom de Breuillet est rappelée par le liseré qui suit le bord de l’écu. Ce dernier est crénelé en souvenir de l’argile, matière première des briques et des tuiles qui fut, par le passé, une grande activité sur notre commune. La grappe de raisin rappelle aussi que Breuillet fut un immense vignoble et le fer-de-moulin, que nos trois rivières, symbolisées par les bandes ondées, ont alimenté de nombreux moulins. L’écusson chargé d’une cloche signifie que nous étions rattachés à Saint-Yon, qui porte quatre cloches sur son propre blason. La cloche signifie terre d’Eglise.

 


Château du Chapitre

La première mention d’un « chapitre » à Breuillet date de 1602, lorsqu’un Guillaume Bryis, naguère secrétaire du Roi, achète trente perches de pré (ancienne mesure de longueur) « près de la ferme du Chapitre ». C’est en 1664 qu’apparait la première propriétaire : Mlle de Rochefoucault de Chandenier comme succession de M. Bouchardeau, auquel étaient dus sans doute la construction de la maison et le nom qu’elle porte. Guilaume Bouchardeau, à l’origine de la construction, était conseiller du Roi et contrôleur du grenier à sel de Château du Loir dans la Sarthe.


Eglise Saint-Pierre

Une première église Saint Pierre a été bâtie au 14ème siècle, cet édifice de plan rectangulaire était orienté Nord-Sud. En 1688, cette église fut profondément remaniée avec la construction d’un chœur à l’est et d’une entrée couverte vers l’Ouest. Deux chapelles latérales sont aménagées : celle de droite est dédiée à la Vierge, celle de gauche à Saint-Mamert puis à Saint-Joseph.


De l’agriculture à l’essor industriel

Les habitants de Breuillet ont longtemps pensé que cultiver la vigne était d’un meilleur rapport. A la fin du 19e siècle, Breuillet demeure un village agricole essentiellement exportateur de céréales (betterave fourragère, blé, avoine, orge, maïs…). Grâce à l’amélioration des transports, se développe la production de « primeurs » destinée à la région parisienne (fruits, pommes de terre, haricots…). En 1905, les cultivateurs représentent près de 50% de la population active de la commune. Aujourd’hui, l’activité agricole s’est considérablement réduite puisqu’une seule exploitation, celle de M. Lepère, est encore en activité sur le territoire de la commune.

 


La fresque du Travail au parc du Moulin

La Fresque du Parc du Moulin, un haut relief appelé à l’origine « Frise Du Travail » , qui trône sur l’arrière scènes du théâtre de verdure du parc du moulin de Breuillet, est dédiée aux artisans anonymes qui ont contribué à la réalisation de l’Exposition Universelle de Paris, inaugurée le 14 avril 1900.


Le combat du pont de la Folleville

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, afin de retarder l’avancée allemande et permettre la retraite des troupes françaises et l’évacuation des réfugiés, l’état-major français avait chargé certains régiments d’organiser des obstacles à l’attention des blindés ennemis.


 
Retour vers le haut