labels

 

 

 
 

Vallée d'histoire


La plus ancienne mention de Breuillet que nous connaissons se trouve dans un titre datant du règne de Louix VI. Du Moyen Âge à l'histoire moderne, ce petit village de l'essonne s'est peu à peu transformé en ville à la campagne. Marqués par les petites et grandes histoires, sa topographie, ses monuments et bâtiments nous permettent de comprendre les évolutions vécues par les anciens et nouveaux Breuilletois. 


Château du Chapitre


La première mention du chapitre date de 1602 lorsque le Secrétaire du roi y achète du pré (bois). Une maison bourgeoise aurait complété la ferme en 1664, construite par Guilaume Bouchardeau, Conseiller du roi, et auquel succède Mlle de la Rochefoucault de Chandenier. 

Entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe, le château sert très probablement de résidence secondaire. D’abord à de hauts fonctionnaires exerçant au nom du roi : Nicolas Fournet, Officier à la Cour des Comptes, Charles Burherne de la Garde du roi et Thomas Vitry, Ingénieur Géographe.  
Les héritiers de la famille Vitry se succèdent durant le XIXe : les Masselin, Beauvais, Delaville, Mainfroy et Hallé. Certains propriétaires sont élus maires.


Eglise Saint-Pierre


Une première église aurait été bâtie au XIVe siècle, composée d’un presbytère et du cimetière. Comme la plupart des églises d’Hurepoix, cet édifice est en mauvais état après la Guerre de Cent ans et les troubles ultérieurs. 
En 1688, l’église est profondément remaniée avec la transformation de la nef et la construction d’un chœur ainsi que deux chapelles latérales. 
Endommagé pendant la Révolution, l'édifice nécessite des réparations. Sa restauration en 1985 met en valeur une belle voute en bois. 

On peut y découvrir aujourd’hui une fresque peinte en 1941 par Robert Lanz, artiste local. « Notre-Dame des Usines et des Champs » illustre Saint-Pierre et Saint-Martin présentant leur église à la Vierge. Les champs et hameaux qui les entourent représentent les « pôles » industriels de Breuillet (Guisseray, le Colombier et l'usine Muller). 


De l’agriculture à l’essor industriel


Les habitants de Breuillet ont longtemps pensé que cultiver la vigne était d’un meilleur rapport. A la fin du 19e siècle, Breuillet demeure un village agricole essentiellement exportateur de céréales (betterave fourragère, blé, avoine, orge, maïs…). Grâce à l’amélioration des transports, se développe la production de « primeurs » destinée à la région parisienne (fruits, pommes de terre, haricots…). En 1905, les cultivateurs représentent près de 50% de la population active de la commune.


La fresque du Travail au parc du Moulin


La Fresque du Parc du Moulin, un haut relief appelé à l’origine « Frise Du Travail » , qui trône sur l’arrière scènes du théâtre de verdure du parc du moulin de Breuillet, est dédiée aux artisans anonymes qui ont contribué à la réalisation de l’Exposition Universelle de Paris, inaugurée le 14 avril 1900.


Le combat du pont de la Folleville


Pendant la Seconde Guerre Mondiale, afin de retarder l’avancée allemande et permettre la retraite des troupes françaises et l’évacuation des réfugiés, l’état-major français avait chargé certains régiments d’organiser des obstacles à l’attention des blindés ennemis.


 
Retour vers le haut